Votre enfant n’est pas bien et vous ressentez son mal-être sans pouvoir l’aider:

 

– mon expérience d’enseignante et de thérapeute  pour mieux le comprendre et l’accompagner

– travailler les émotions avec lui /elle
– apaiser l’enfant
– lui apprendre à se relaxer
– lui redonner confiance en lui

L’école: un lieu d’échanges et de partages, un lieu où l’enfant apprend les règles du vivre ensemble…

Mais ce peut-être également un lieu de frustrations, un lieu où de nouvelles peurs vont surgir et où le regard et le jugement des autres peuvent être terriblement blessants.

A l’école votre enfant se retrouve seul sans vous et il doit apprendre les codes sociaux. Mais parfois, malheureusement, il peut le faire dans la souffrance…

Signes d’une souffrance à l’école:

  • l’enfant refuse d’aller à l’école
  • il ment
  • il se bat, se montre violent envers les autres
  • il pleure souvent
  • il fait beaucoup de cauchemars, dort mal
  • il souffre de maux récurrents
  • les résultats scolaires sont en baisse

Attention:  le problème ne vient pas systématiquement de l’école. Il arrive aussi souvent que le mal-être soit plus profond et que la problématique soit directement liée à un déséquilibre relationnel ou d’ordre familial. L’école devient alors le lieu d’expression de ce mal-être. L’école ne peut pas être responsable de tout et en tant que parent, chacun doit faire face à ses responsabilités.

On n’apprend pas à nos enfants à communiquer sur leurs émotions et leurs ressentis. Souvent  par maladresse ou par peur de certaines vérités, on les empêche même de le faire. L’enfant utilise donc les moyens qu’il possède pour exprimer son mal-être.

Quelles souffrances à l’école? Au collège? Au lycée?

  •  un enfant qui souffre de vouloir bien faire mais qui n’atteint pas l’objectif qu’il s’est donné.
  • l’attente de bons, voire d’excellents résultats, de la part de ses parents.
  • l’échec de ses résultats scolaires
  • une pression de la part de ses enseignants

L’échec scolaire n’a pas qu’un seul visage. La pression que l’enfant s’inflige ou qu’on lui met passe souvent inaperçue. Mais il faut savoir que celle-ci peut entraîner des troubles plus ou moins graves.

Les raisons de sa présence à l’école sont parfois trop floues pour l’enfant et peuvent générer des angoisses  quand on connaît le contexte socio-économique actuel.

 » Tu vas à l’école pour apprendre et pour réussir dans la vie plus tard ».

On oublie de lui parler d’accomplissement de soi et de vivre ensemble. Son avenir se dessine au travers d’un métier si possible rémunérateur mais on omet de lui parler de ses rêves….

Alors à force de focaliser son attention sur ses résultats on en oublie l’essentiel. L’enfant comme l’adolescent a besoin d’amour et de confiance en lui. Parfois l’enfant conditionne inconsciemment ses résultats scolaires à sa propre valeur et à l’amour de ses parents. Certains ont même besoin de se sentir aimés et reconnus par les enseignants pour travailler. Il est plus que jamais observé que l’équilibre de l’enfant passe par la reconnaissance que les autres ont de lui. Il en oublie l’estime qu’il peut se porter à lui-même.C’est alors qu’il peut se sentir fragilisé, lorsqu’il ne pense pas mériter ou obtenir cette reconnaissance…

L’enfant ne réussit pas toujours à trouver sa place au milieu de toutes ces exigences parfois contraires. Ces attentes sont souvent sources d’angoisse, jusqu’à parfois créer des phobies scolaires.

L’école et les parents se renvoient la faute. L’important à mes yeux, est avant tout de comprendre comment fonctionne l’enfant, ce qu’il ressent ou ce qu’il peine à exprimer, afin de bien cerner sa souffrance.

Parfois il faut peu de choses pour rétablir l’équilibre chez votre enfant:

  • renouer un dialogue intérieur
  • rétablir un réel dialogue avec ses parents
  • mettre en lumière  des fonctionnements parentaux, éducatifs ou pédagogiques qui le font souffrir…

Le coaching aidera votre enfant à mieux gérer ses émotions, à comprendre leur impact sur lui.

Il apprendra à mettre des mots sur ce qu’il vit, il apprendra à écouter les signaux de son corps en souffrance….

Permettre à votre enfant en souffrance à l’école de poser ses problèmes avec un professionnel est une chance qu’il ne faut pas lui enlever…

Le coaching aidera votre enfant à mieux gérer ses émotions, à comprendre leur impact sur lui.Il apprendra à mettre des mots sur ce qu'il vit, il apprendra à écouter les signaux de son corps en souffrance....  Permettre à votre enfant en souffrance à l'école de poser ses problèmes avec un professionnel est une chance qu'il ne faut pas lui enlever...  Quand le problème vient des autres ou quand il s'agit de violence:

Quand le problème vient des autres ou quand il s’agit de violence:

Le harcèlement scolaire, malgré qu’il soit depuis plusieurs années évoqué et prétendument pris en compte dans les écoles, reste un réel problème pour un grand nombre d’enfants.

  • Peut-être simplement parce que le curseur de la souffrance est propre à chacun et que ce qui blesse l’un, ne touche pas l’autre…
  • Peut-être aussi que les insultes et les moqueries sont devenues si banales que pour ceux qui les utilisent, les mots sont vides de sens. Mais par pour celui qui les reçoit…
  • Peut-être parce qu’un enfant n’a pas eu de limites ou parce qu’il a lui même souffert, il fait vivre à votre enfant un enfer…
  • Peut-être parce que l’adulte qui l’a en charge souffre lui-même d’une pathologie ou d’un désordre émotionnel. C’est une réalité: le harcèlement peut aussi venir d’un enseignant. Et c’est alors plus compliqué pour l’enfant de se faire entendre car l’adulte détient le pouvoir…

Le vrai dialogue entre les enfants eux -mêmes et entre les enfants et les adultes est à reconstruire…La confiance n’est plus. On cohabite, on travaille ensemble mais on ne se connaît pas. Beaucoup de peurs de part et d’autre sont installées. Et les peurs peuvent susciter des comportements violents…

On n’apprend pas aux enfants la bienveillance, la communication non violente, le respect…Et certains adultes eux-mêmes l’ignorent…A partir de ce constat, on comprend que beaucoup d’excès soient possibles.

Les valeurs véhiculées à l’heure actuelle ne permettent pas aux enfants de grandir dans un environnement sécurisant…Chacun trouve sa place comme il peut. Il y a ceux qui font du mal et ceux qui ont mal. Et parfois les rôles changent….

Mais le harcèlement est un vrai fléau. Le seuil de tolérance n’est pas assez délimité et les sanctions sont quasi-inexistantes car prouver du harcèlement au sein de l’Education Nationale n’est pas facile. Alors ce phénomène continue de faire souffrir des enfants.

Si votre enfant est victime de harcèlement, de rejet ou de dénigrement, il faut en parler sans tarder. Puis il faut, selon l’intensité de la souffrance endurée, consulter un professionnel.

Si vous observez son mal-être mais qu’il ne vous parle pas, ne laissez pas le silence s’installer.

Il faut impérativement recréer le dialogue et réinstaurer la confiance en lui. Les dégâts psychologiques et émotionnels pour des enfants qui ont subi des violences scolaires sont terribles s’il n’y a pas de prise en charge et de reconnaissance.

Il faut intervenir avant que le mal ne le ronge de l’intérieur. La destruction de l’estime de soi est facile mais sa reconstruction peut prendre plus de temps.

Le coaching  permet à l’enfant de dépasser ce problème en mettant des mots sur ce qu’il vit et en recréant un lien avec ses parents.

Des ateliers de relaxation /débat ont lieu pour les enfants ou les ados (condition requise: 6 inscrits minimum.)

Lors de ces ateliers, les enfants apprennent à penser par eux mêmes, à écouter les autres, à prendre la parole, à accepter les différences de point de vue et à argumenter. On pratique également de la relaxation (respirations, visualisations, exercices sur les émotions etc…). Ce sont des moments privilégiés où la parole de l’enfant est mise en avant et où l’expression de ses émotions est essentielle.